Pique-nique dominical

Je me souviendrai toujours de mon premier dimanche à la plage de Grande Anse.
15h, on cherche un certain temps pour trouver un endroit où garer la voiture ; c’est que toutes les places sont prises ! On finit par en trouver une puis on descend sur la plage. On traverse d’abord le parc ombragé de cocotiers, il y a du monde :  » Tiens, il doit y avoir une fête aujourd’hui ». Et la popote envahit chaque coin du parc, et ça rigole, et ça parle, et ça gesticule, et ça joue du tam-tam… bah oui une fête quoi ! Oui mais laquelle ? Et ben la fête hebdomadaire : le pique-nique du dimanche.

Pour moi, ce pique-nique prend des airs de fête. Oui, parce que le pique-nique en métropole c’est plutôt cinq copains, une nappe, un paquet de chips, des sandwichs au jambon, cinq tomates et une tarte aux pommes, le tout à la campagne et ce deux fois par an, à l’arrivée du printemps. Bref, pique-niquer à Nogent-le-Rotrou, ça donne ça :

Alors que pique-niquer à la Réunion, ça donne ça :

(Vous pouvez aussi voir un autre pique-nique familial au Piton Maïdo en vous rendant sur la page A vos tabliers !, où j’ai publié l’émission Fourchette et sac à dos à la Réunion.)

Franchement, pique-niquer en famille sous les cocotiers ou en forêt c’est quand même autre chose que rester deux heures assis avec Robert et Gérard sur une nappe à manger de la baguette et écouter les petits oiseaux chanter… (Haaaaaa le calme de la campagne, c’est reposant hein Gégé ! Haaaaaa Robert, t’as vraiment eu une bonne idée de vouloir venir pique-niquer dans le Perche aujourd’hui…)

A la Réunion, les parents, les enfants, les cousins, les cousines, les grands-parents, les amis sont réunis autour d’une table et on cuisine pour de vrai. Pour passer un bon dimanche, il faut forcément s’organiser et penser à :
– Arriver tôt pour avoir une place (le mieux c’est encore de trouver un endroit avec une table-banc et une place à feux – c’est-à-dire un barbecue -) ;
– choisir l’emplacement le plus ombragé ou prévoir une bâche pour faire face à la pluie ou se protéger du vent ;
– prendre les marmites ;
– amener des victuailles (samoussas, saucisses pour le rougail ou une autre viande ou du poisson pour le cari, riz, rhum arrangé, etc.) ;
– emporter la vaisselle ;
– ne pas oublier les chaises et de grandes couvertures aussi ;
– prévoir de la musique.

Quel que soit l’endroit où vous vous baladerez le dimanche, vous croiserez un groupe convivial de pique-niqueurs réunionnais. Sur la route du volcan (cf la vidéo pique-nique chemin volcan), au lagon de Saint-Pierre, à l’Hermitage ou à Grande Anse, le pique-nique c’est le moment des retrouvailles et du partage, une illustration des liens étroits qui unissent les grandes familles réunionnaises. Seul un cyclone peut lutter contre un pique-nique dominical et casser le rythme de la réunion hebdomadaire familiale et amicale. Vous l’aurez compris, le pique-nique à la Réunion c’est une IN-STI-TU-TION !

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s