Portrait créole

Elle est pleine d’énergie ; elle parle pas, elle chante ; elle rit franchement ; elle vit son île passionnément ; elle raconte sa cuisine à nous faire saliver dès le petit-déjeuner ; elle parle parle parle et se livre avec générosité ; elle s’appelle Véro, elle gagne à être connue, je vous la présente.

Véro

NOM : Bottes
PRÉNOM : Véronique
NÉE LE : 22 . 01. 1989
A : Saint-Pierre ( Réunion)
SITUATION FAMILIALE : mariée – 1 chien fou
CENTRES D’INTÉRÊT : musique, chant, peinture abstraite, cuisine
SIGNE PARTICULIER : pétillante comme une bouteille de Coca qu’on ouvre, elle fait pschitt !

Véro, c’est la Réunion à elle toute seule : 1m 57 d’origines indienne, malgache, chinoise et bretonne… Oui ! Tout ça dans un seul corps ! Non mais vous imaginez un peu ce métissage, ce mélange des genres ? ça donne un caractère bien trempé, une personnalité vraie, une authentique âme réunionnaise.

Véro petiteVéro a passé une enfance heureuse à Saint-Pierre. Petite fille espiègle et joueuse, elle aime poser pour les photos, se déguiser et s’inventer de multiples vies avec sa sœur Isabelle. Les jours heureux s’écoulent à l’école Marie Curie et elle se souvient des fêtes de fin d’année, en famille, ambiance gaie et conviviale. Elle grandit, abandonne les déguisements de petite fille pour revêtir des mini-jupes plissées et des cravates ; look d’ado au goût révolutionnaire, elle écoute Nirvana et passe du collège Paul Hermann de Saint-Pierre au lycée Ambroise Vollard de Terre-Sainte où elle obtiendra un bac littéraire. Attachée à son Sud natal, elle choisit de faire du droit à l’université du Tampon où elle décroche une licence 3. L’étudiante grandit, devient adulte (enfin presque) et rencontre un beau Belge qui cuisine les lasagnes comme personne ; il la demande en mariage, elle accepte et le suivra en Belgique où ils vivront un peu plus de six mois.

mariage Véro

Quand je lui demande pourquoi elle est revenue vivre à la Réunion, elle me répond que le temps gris du plat pays ne l’a pas aidée à se sentir bien tout là-haut ; que la vie à l’intérieur n’est pas faite pour elle :  » C’est pas une vie de plaisir. On a une vie machinale là-bas. C’est pas un pays de loisirs, c’est pas comme ici où tu sors et tu as la nature, la forêt, la plage… Je me sentais comme un oiseau en cage. ».  De plus, elle était en manque de sa famille, de la cuisine de son papa et du beau temps de l’océan Indien ; et même si elle a découvert les succulentes gaufres belges et toute la gastronomie des Flandres, les bouchons lui manquaient trop :  » C’est bête hein (rires)… mais j’avais des envies de bouchons quand j’étais en Belgique ! » me dit-elle en insistant sur les « b » de « bouchons » et « Belgique ».

D’ailleurs, si elle devait repartir vivre ailleurs et qu’elle pouvait emmener un peu de son île avec elle, elle choisirait ceci :

De retour à la Réunion avec son mari, elle s’épanouit pleinement. Elle a vu autre chose, elle a quitté une île pour un continent et ça ne lui a pas plu ; ici elle estime qu’elle a tout pour être heureuse.
Décidés à faire leur vie dans le Sud de l’île, Véro et son mari achètent une maison à Terre-Sainte, elle décroche un poste d’assistante pédagogique dans le lycée de son adolescence et, en parallèle, poursuit ses études de droit à distance (elle est inscrite en master de droit public des administrations générales et territoriales.). Tellement heureuse de vivre là où elle se sent vraiment enracinée, elle parle de son île avec simplicité et amour.

Profondément attachée à son île et généreuse à souhait, Véro aime partager sa Réunion et tout ce qui la rend si belle. Elle en parle comme d’un bijou, un bijou précieux, et vous emmène voyager avec elle. Elle la sent comme on hume le premier bouquet de lilas de l’année, en fermant les yeux, rassurée. Elle la voit comme on voit la mer pour la première fois, bouche bée. Elle l’écoute, attentive à ses élèves, à sa famille, à ses amis, aux Créoles, aux Zarabes, aux Tamouls, aux Zoreys… à tout ce qui fait la richesse de son île intense. Véro, elle a son île dans la peau, du maloya dans le sang et du soleil dans le regard.

Et ça, c’est pour elle (pour vous aussi… vous avez le droit d’écouter la chanson que Véro emmènerait avec elle si elle quittait à nouveau la Réunion !)

Une réflexion au sujet de « Portrait créole »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s