Prix Célimène 2014

Le prix Célimène est une récompense décernée aux femmes artistes amateurs de la Réunion.

Ce prix doit son nom à Célimène Gaudieux, qui, au XIXème siècle, distrayait les clients de passage dans son auberge entre Saint-Paul et Saint-Leu avec des chansons qu’elle composait elle-même. Aujourd’hui encore Célimène Gaudieux est la muse de la poésie réunionnaise.
Chaque année le prix Célimène encourage l’expression féminine tout en valorisant l’art. C’est l’occasion pour plus d’une centaine de femmes d’exposer leurs œuvres (cette année 160 œuvres sont exposées du 10 au 28 mars à l’espace Reydellet de Saint-Denis). C’est aussi un bon moyen pour elles de se confronter à d’autres artistes amateurs et de bénéficier du regard critique de professionnels.
Mais participer au prix Célimène, ce n’est pas juste présenter une oeuvre. Remettre un trophée et quelques milliers d’euros aux gagnantes le jour de la journée internationale de la femme, ce n’est pas juste promouvoir l’art. Le prix Célimène est l’occasion de rappeler que des femmes, ici et ailleurs, subissent encore des violences et des discriminations. Le prix Célimène est la manifestation du soutien qu’apporte la culture aux droits des femmes et à leur expression (révoltée, engagée, optimiste, féministe, religieuse, etc.).

Ce 8 mars 2014, le premier prix a été attribué à Miguy Hoareau pour son huile sur planche de récupération intitulée Femme fatale. (Je remercie le Journal de l’île de la Réunion pour son autorisation exceptionnelle de diffusion de la photo de l’artiste à côté de son  œuvre dans l‘article du 10 mars 2014.)

Miguy Hoareau - Prix Célimène 2014

En cliquant ici vous trouverez en bas de l’article une intervention orale de Miguy Hoareau présentant rapidement sa peinture. Enfin, sur cette page, sont présentées quelques photos de la manifestation du Prix Célimène 2014 ainsi que les œuvres des autres lauréates.

Publicités

Ruée sur le carburant

Je ne pensais pas revenir aujourd’hui vous raconter ma vie mais finalement si parce que figurez-vous qu’aujourd’hui on prend d’assaut les stations-service ! Un mouvement de grève illimité est prévu dès demain matin, en réponse au non-aboutissement des négociations entre le Gouvernement et les acteurs de la filière carburant concernant le décret Lurel (décret en faveur de la transparence des prix et pour la régularisation des prix des carburants dans les DOM).

Alors moi, je travaillais tranquillou sur le site, j’étais en train vous rédiger une belle carte d’identité de la Réunion quand j’ai réalisé qu’il ne me restait quasiment plus de gasoil. 15h, je me mets au volant de ma Modus. 15h05, j’arrive à la station Engen qui affiche une rupture de gasoil (OK d’accord, ça commence bien!). Je file donc vers le centre ville de la Ravine des Cabris en croisant les doigts pour pouvoir avoir quelques litres de gasoil. Arrivée là, voilà ce que je vois :

Image

Bon bon bon… on souffle (Pffffffffffff), on prend son mal en patience, on envoie des textos et on regarde le fil d’actualité de Facebook. J’ai surtout peur qu’une fois face à la pompe, on ne m’indique qu’il n’y a malheureusement plus de gasoil. Heureusement, maintenant je sais que si tu veux savoir ce qui se passe sur l’île, au Nord, au Sud, à l’Est, à l’Ouest, chez Marie-Denise, dans la voiture de Jean, dans la chambre d’Atoumani, à l’aéroport, chez le dentiste ou à la supérette de l’Entre-Deux, tu écoutes Image .

Quelle bonne idée j’ai eu là ! Valérie m’a très vite rassurée en disant se trouver dans la même station-service que moi (bon, elle, elle venait de payer son plein d’essence et moi je faisais encore la queue sur la route) et en annonçant qu’il restait du gasoil et que les pompistes travaillaient d’arrache-pied pour satisfaire tous les clients… Merci Valérie, merci Freedom, j’étais prête à faire demi-tour.

16h15, retour à la maison. C’est quand même la première fois que je prends 1h15 de mon temps pour faire le plein!